Overblog
Follow this blog Administration + Create my blog
VudeJerusalem.over-blog.com

jabotinsky

Pour comprendre Benjamin Nétanyahou : sans fard ni caricature : Quelques liens sur la famille sioniste révisionniste, de Jabotinsky à Nétanyahou, Pierre Lurçat

April 8 2019, 14:06pm

J’ai répondu il y a quelques semaines au livre-brûlot de l’arabisant Jean-Pierre Filiu contre Nétanyahou et contre Israël, qui dresse un portrait caricatural du Premier ministre de l’Etat d’Israël. Entre-temps,  l’actualité nous a rappelé que le “Bibi-bashing” (dénigrement de Bibi) n’était pas l’apanage des ennemis d’Israël. La campagne électorale israélienne, qui touche à sa fin, a débordé hors des frontières de notre pays, y compris dans la communauté juive de France.

 

J’ai été un peu (mais pas trop) surpris de constater que le site Akadem, le “campus numérique juif”, venait ainsi de mettre en ligne une “conférence” (qui est en réalité une courte interview) de l’écrivain israélien A.B. Yehoshua, sous le titre racoleur “Nétanyahou, le Berlusconi israélien”. Que M. Yehoshua n’aime pas Nétanyahou (avec lequel il affirme ne pas vouloir “se trouver dans la même pièce”), c’est son droit le plus strict. Mais pourquoi le Fonds Social Juif unifié et son site Akadem ont-ils trouvé opportun de mettre en ligne ces propos à quelques semaines des élections?


 

Nétanyahou : le “Berlusconi israélien” ou le “refondateur du sionisme”?


 

J’ai proposé au nouveau dirigeant du FSJU, Richard Odier, de mettre en ligne une interview sur le même sujet, dans laquelle j’apporterai un autre son de cloche. En attendant de savoir si ma demande sera entendue, je propose ci-dessous quelques liens concernant Nétanyahou, son père et sa famille politique, et le père fondateur du sionisme de droite, Zeev Jabotinsky. Mon intention n’étant pas d’appeler à voter pour Nétanyahou, mais simplement, comme je l’ai fait récemment dans une série de conférences organisée à l’oulpan Névé Tsedek de Tel-Aviv, de donner aux électeurs - et aux juifs francophones en général, un autre point de vue sur la politique israélienne que celui - biaisé et caricatural - des grands médias, en France et ailleurs.

Pierre Lurçat

 

1) Sur Jabotinsky, le fondateur du sionisme de droite

 

L’excellente émission “Histoires” que Valérie Perez a consacrée à Jabotinsky

https://video.i24news.tv/details/_5857975342001

 

Ma conférence “Qui est Vladimir Jabotinsky?” donnée au centre Émouna à Jérusalem

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=-jvmZjiSD88

 

“Jabotinsky, pionnier de l’antiracisme en Amérique”

http://vudejerusalem.over-blog.com/2019/01/jabotinsky-pionnier-de-l-antiracisme-en-amerique-pierre-lurcat.html

 

http://vudejerusalem.20minutes-blogs.fr/archive/2012/05/11/reflexions-sur-l-idee-du-yovel-dans-la-pensee-sociale-de-zee.html


 

Le compte-rendu de l’autobiographie de Jabotinsky traduite en français sur le site du CRIF

http://www.crif.org/fr/alireavoiraecouter/Vladimir-Zeev-Jabotinsky-Histoire-de-ma-vie-Editions-les-Provinciales-traduit-de-l-hebreu-par-Pierre-I-Lur

 

 

2) Sur la famille Nétanyahou et sur le professeur Bentsion Nétanyahou

 

“Bentsion Nétanyahou et le combat politique pour la création de l’État juif”

http://vudejerusalem.20minutes-blogs.fr/archive/2013/04/18/bentsion-netanyahou-et-le-combat-politique-pour-la-creation1.html#more

 

“Une lettre de Jabotinsky au rav Milikovski, grand-père de Nétanyahou”

http://www.terredisrael.com/infos/une-lettre-de-jabotinsky-au-rav-milikovski-grand-pere-de-netanyahou-par-pierre-itshak-lurcat/

 

Bentsion Netanyahou et son fils, lors d’une cérémonie en souvenir de Yoni

 

3) Sur Benjamin Nétanyahou et la politique israélienne

 

“Qui est véritablement Benjamin Nétanyahou?” - Recension du livre d’Anshel Pfeffer,

http://vudejerusalem.over-blog.com/2018/11/qui-est-veritablement-binyamin-netanyahou-par-pierre-lurcat-bibi-la-vie-et-l-epoque-turbulente-de-benjamin-netanyahou.html

 

“Nétanyahou et l’Iran : le secret d’un combat pour la survie d’Israël”

http://frblogs.timesofisrael.com/netanyahou-et-liran-le-secret-dun-combat-pour-la-survie-disrael/

“Droit, morale et politique : Trois réflexions sur Binyamin Nétanyahou et l’avenir d’Israël”

http://vudejerusalem.over-blog.com/2019/03/droit-morale-et-politique-trois-reflexions-sur-binyamin-netanyahou-et-l-avenir-d-israel-pierre-lurcat.html

 

Je renvoie également aux livres suivants

 

Bensoussan, Georges. Une histoire intellectuelle et politique du sionisme, Fayard

 

Eytan, Freddy. Bibi, le réveil du faucon : Portrait biographique de Benjamin Netanyahou, Editions Alphée 2011.

 

Jabotinsky, Histoire de ma vie, Les provinciales

 

Nétanyahou, Yoni. Les lettres de Yoni Netanyahu: Le commandant de l'Opération Entebbe

et à mon dernier livre :

Lurçat, Pierre. Israël, le rêve inachevé. Editions de Paris 2018.


 


 

See comments

Jabotinsky pionnier de l’antiracisme en Amérique, Pierre Lurçat

January 13 2019, 19:06pm

Posted by Pierre Lurçat

Jabotinsky pionnier de l’antiracisme en Amérique, Pierre Lurçat

La dernière manière d'attaquer Israël - plus sournoise que le traditionnel antisionisme - consiste à déplorer que les dirigeants actuels, et en premier lieu Binyamin Nétanyahou - se soient "éloignés du rêve sioniste des Pères fondateurs". Ce discours est notamment celui d'un Jean-Pierre Filiu, auteur d'un livre récent sur Nétanyahou, intitulé Main basse sur Israël. J'ai eu l'occasion de débattre avec lui sur la chaîne i24 et de dénoncer sa vision caricaturale d'Israël. Pour contrer cette description de la droite israélienne, je remets en ligne cet article sur Jabotinsky, qui montre que la réalité est bien différente de la vision qu'en donnent les adeptes du "Netanyahou bashing", qui n'est pas autre chose que le nouveau visage de la vieille détestation d'Israël. P.L.

 


Jabotinsky.jpgA l’occasion d'un débat à la Knesset sur la proposition de loi visant à interdire l’utilisation du mot « nazi » comme insulte, le quotidien Ha’aretz rappelait que David Ben Gourion avait jadis qualifié Jabotinsky de « Vladimir Hitler ». L’animosité que Ben Gourion vouait à son grand rival de la droite sioniste n’a pas peu contribué aux stéréotypes négatifs entourant la figure du fondateur du sionisme révisionniste. Mais ceux qui se penchent sur la vie et l’œuvre du « Roch Bétar » découvrent un homme très éloigné du portrait peu flatteur qu’ont parfois dressé de lui ses adversaires politiques.

Le professeur Rafael Medoff, directeur de l’institut Wyman de recherche sur l’antisémitisme à Washington, a rappelé récemment, fort à propos, que Jabotinsky avait été un des pionniers de la lutte contre le racisme aux Etats-Unis, en 1910, dans son fameux article « Homo homini Lupus » (« L’homme est un loup pour l’homme »).

Cet article avait été écrit à la suite d’un combat de boxe, organisé le 4 juillet (Jour de l’Indépendance) à Reno, Nevada, entre Jack Johnson et Jack Jeffries, deux champions poids lourds qui ne s’étaient jamais rencontrés auparavant sur un ring. Le premier était en effet noir et le second blanc. Présenté comme le « Combat du siècle », le matche s’acheva par la victoire de Johnson, qui déclencha une vague d’émeutes raciales dans plus de 50 villes des Etats-Unis, faisant une vingtaine de victimes.

 

Johnson_jeff.jpg

Le combat entre Jack Johnson et Jack Jeffries

 

Jabotinsky décrit, dans son article pour le journal russe Odesskiye Novosti (Les Nouvelles d’Odessa), comment des foules en furie se jetèrent sur les habitants noirs, à cinquante contre un, attaquant même les femmes et les enfants. Aux yeux du jeune journaliste russe (âgé de 30 ans), c’était la preuve que les Etats-Unis, la « République la plus libre au monde », souffraient d’un mal quasiment incurable. « Un Juif russe peut encore se convertir », écrit-il, mais « la race ne peut être effacée ». Il décrivait ensuite le régime de ségrégation encore en vigueur aux Etats-Unis, près de cinquante ans après la fin de la guerre de Sécession et l’abolition officielle de l’esclavage.

maison jabo.jpgPour le Roch Bétar, intellectuel polyglotte né dans la ville cosmopolite d’Odessa 1 et théoricien du sionisme formé à l’école politique italienne du début du 20e siècle ; partisan intransigeant de l’égalité des hommes et des femmes ; auteur du fameux Programme d’Helsingfors 2, qui se disait « fou de l’idée d’égalité », l’inégalité des Noirs aux Etats-Unis était une tache indélébile sur le plastron de la grande démocratie américaine.

(Photo ci-contre : la maison natale de Jabotinsky à Odessa)

« Je déteste à un point extrême, de manière organique, d'une haine qui échappe à toute justification, à la rationalité et à la réalité même, toute idée montrant une différence de valeur entre un homme et son prochain. Cela ne relève peut-être pas de la démocratie mais de son contraire : je crois que tout homme est un roi, et si je le pouvais, je créerais une nouvelle doctrine sociale, la doctrine du "Pan-basilisme"...)

Jabotinsky était pourtant un admirateur de la civilisation américaine, comme cela ressort du passage suivant de son autobiographie, où il rapporte un souvenir de son premier voyage aux Etats-Unis :

« L'art politique subit le même sort que celui de l'architecte : comme pour ce bâtiment universitaire que je vis, il y a quelques jours, dans une ville des États-Unis – une tour de cinquante étages, belle comme un rêve matinal, comme une chute d'eau qui s'élance des profondeurs jusqu'aux hauteurs célestes du firmament – et je ne trouvai personne dans toute la ville qui se rappela du nom de son constructeur, pas même le serveur du restaurant, à qui rien n'était caché (c'est lui qui me conseilla d'aller voir la nouvelle université) – lui aussi ignorait le nom de l'architecte ; et dans sa sagesse profonde il me dit : - Cela n'a pas d'importance, Monsieur. L'architecte a dessiné les plans ; d'autres sont venus et les ont modifiés ; les entrepreneurs les ont abîmés ; les imbéciles qui siègent au conseil municipal ont détruit tout ce qu'ils pouvaient détruire ; mais l'édifice est encore debout, c'est le principal ; qui l'a construit ? L'Amérique l'a construit ».

 

Jabotinsky-Speech.jpg

Vladimir Jabotinsky at the Manhattan Center, June 19, 1940. Photo: Jabotinsky Institute

 

Par la suite, cependant, Jabotinsky fut amené à nuancer son regard et l’enthousiasme initial pour la civilisation américaine fit place à un jugement plus critique, qui ne portait pas seulement sur les maux de la société – comme dans l’article Homo homini Lupus précité – mais sur des aspects différents de l’« American Way of Life », comme l’omniprésence des loisirs et la culture de masse…

 

Notes

1. Sur le climat intellectuel de la ville d’Odessa et son influence sur le jeune Jabotinsky, voir notamment l’ouvrage parfois discutable mais fort intéressant de Michael Stanislawsky : Zionism and the Fin de Siècle: Cosmopolitanism and Nationalism from Nordau to Jabotinsky. J'ai évoqué la figure de Jabotinsky dans la belle émission Histoire que lui a consacrée Valérie Perez sur i24.
2. Le programme d’Helsingfors, élaboré en novembre 1906, proclamait les droits des minorités nationales de l’Empire russe, juive et autres.

See comments

Comment Amos Klausner est devenu Amos Oz : Une histoire de désamour et de ténèbres, Pierre Lurçat

December 30 2018, 08:47am

Posted by Pierre Lurçat

Comment Amos Klausner est devenu Amos Oz : Une histoire de désamour et de ténèbres, Pierre Lurçat

 

לג'ודית, באהבה

 

Une histoire d’amour et de ténèbres occupe une place à part dans l’oeuvre d’Amos Oz. Tout d’abord parce qu’il ne s’agit pas d’un roman, mais d’un récit autobiographique. “Récit bouleversant où la vie d’un peuple et la vérité d’un homme se confondent”, selon son éditeur français, ce livre est un des plus profonds et des plus authentiques dans la production littéraire d’Amos Oz. C’est sans doute le seul où il porte un regard entièrement sincère sur lui-même, sur ses origines familiales et sur son parcours individuel. Le public israélien ne s’y est pas trompé, ce livre étant devenu le plus grand succès de librairie d’Oz. Pourquoi, et que peut-il nous apprendre sur la figure de l’écrivain qui vient de s’éteindre à l’âge de 79 ans, mais aussi sur Israël et son histoire politique et intellectuelle?

 

Les récits d’enfance ont cela de particulier qu’ils touchent chaque lecteur et font vibrer en lui une corde intime, en abordant un sujet à la fois unique et universel. A cet égard, Une histoire d’amour et de ténèbres ne fait pas exception à la règle. Parmi les plus belles pages du livre figurent figurent celles où il évoque ses premiers souvenirs et parvient à faire revivre, à plus d’un demi-siècle de distance, le monde merveilleux de l’enfance, dans lequel se mêlent rêve et réalité, imagination et observation, lectures et conversations des adultes, envers lesquels le jeune Amos est partagé entre l’admiration et la colère.

 

Amos Oz et ses parents

 

Je n’avais ni frères et soeurs, on ne pouvait guère m’offrir de jeux ni de jouets, et la télévision et l’ordinateur n’avaient pas encore été inventés. Durant ma petite enfance passée à Kerem Avraham, à Jérusalem, je vivais en réalité à l’orée de la forêt, près des cabanes, des cheminées, des prairies et de la neige des histoires de ma mère et des livres illustrés qui s’entassaient sur ma table de chevet ; j’étais en Orient et mon coeur battait au fin fond de l’Occident” (1). La famille dans laquelle grandit le jeune Amos n’est pas banale : elle appartient en effet au “gratin” de l’aristocratie sioniste révisionniste. Son oncle, Yossef Klausner, est un historien réputé, spécialiste de l’histoire du Second Temple et auteur d’un Jésus qui fit scandale à son époque, rédacteur de l’Encyclopedia Hebraica et candidat à la présidence de l’Etat d’Israël en 1948.

 

La famille Klausner est divisée entre les partisans de Jabotinsky, l’enfant prodige du sionisme russe, et ceux de Menahem Begin, originaire d’une bourgade de Pologne, qui paraît “trop plébéien, provincial, dépourvu de poésie et de grandeur d’âme” aux yeux des admirateurs de Jabotinsky. Baignant dans ce milieu intellectuel et politique de l’intelligentsia sioniste de droite, Amos Oz grandit dans la Jérusalem des années 1950, très différente de la ville moderne actuelle. Il décrit bien l’atmosphère de l’époque, les conflits idéologiques et les difficultés de la vie quotidienne dans l’Israël d’alors. Les visites hebdomadaires chez le professeur Klausner, habitant dans le quartier excentré de Talpiot (en face de la maison de l’écrivain Agnon) sont l’occasion pour le jeune Amos d’exercer son sens aigu de l’observation, portant sur le monde des adultes un regard incisif.

 

Yosef Klausner

 

Jeune enfant, il est plein d’admiration pour l’oncle Yosef, qui le fait entrer dans un monde fascinant, côtoyant les plus grands écrivains et intellectuels de l’époque (Agnon, Tchernikovsky, Abba Ahimeir, U.Z. Greenberg) et évoquant sa rencontre avec Theodor Herzl lors du premier Congrès sioniste (“C’était un bel homme, un ange de Dieu! Son visage rayonnait de l’intérieur! On aurait dit un roi assyrien avec sa barbe noire et ses traits empreints  d’une spiritualité visionnaire...”) Le professeur Klausner nourrit de grandes ambitions pour le jeune Amos, tout comme son père et les autres intellectuels de leur génération.

 

Avec sincérité, Amos Oz décrit l’enfant qu’il a été, fervent nationaliste, admirateur de Jabotinsky dont il pastiche le style, et surtout d’Avraham Stern, le poète-soldat fondateur du Lehi, dont il récite, seul dans son lit, l’hymne des Guerriers anonymes. Il assiste aux rencontres entre les écrivains et idéologues de la droite sioniste et rapporte avec fidélité les propos désabusés de l’écrivain Uri Zvi Greenberg, déplorant le manque de vision des sionistes socialistes. “Ils ne veulent tout simplement pas du Mont du Temple! Ils ne veulent pas d’Anatot et de Siloé! Ils auraient pu les libérer, mais ils ne l’ont pas fait! Ils disposaient de la fiole d’huile, ils pouvaient purifier le Temple… Le miracle était à portée de leur main, mais ils n’en ont pas voulu. Donnez-leur une commune, pas un royaume !” (2)

 

Comment le jeune Amos Klausner est-il devenu Amos Oz, l’écrivain du kibboutz et le porte-parole de la gauche pacifiste? A quel moment a-t-il tourné casaque, comme il le dit lui-même? Est-ce véritablement, comme il le relate avec un humour caustique à la Philip Roth, en écoutant un discours de Menahem Begin, “parlant un “hébreu archaïque” dans lequel le mot signifiant “arme” ou “armement” ne signifiait pour nous que le membre viril?” (3) L’anecdote est plaisante, mais elle ne parvient pas à expliquer le retournement politique et intellectuel du jeune adolescent, élevé dans l’ethos du Betar et du Herout. Il reconnaît pourtant avec lucidité avoir fui depuis ce jour “la résurrection et la rédemption”.

 

Amos Oz (Klausner)


 

La suite de l’histoire d’Oz est connue. Son départ au kibboutz, sa transformation en écrivain couronné de succès et - aussi et surtout - en porte-parole d’un mouvement politique (La Paix Maintenant) qui est le pendant moderne de l’Alliance pour la paix que ses parents abhorraient. Derrière l’histoire familiale, dont Oz fournit les clés d’interprétation au lecteur (trop tôt sevré de l’amour maternel, il “tue” son père en renonçant à son nom et à ses idéaux), c’est l’histoire nationale qui affleure. La tragédie familiale d’une mère trop tôt disparue a peut-être contribué à faire du jeune Amos le grand écrivain qu’il est devenu.

 

Mais au-delà de l’histoire d’amour et de ténèbres qui est celle du jeune Amos, dont la mère se suicide alors qu’il n’a que douze dans, ce livre est aussi l’esquisse d’une autobiographie politique. En rejetant le monde intellectuel de la famille Klausner, il ne s’éloigne pas seulement de son père (dont il a rejeté jusqu’au nom de famille). Il fait surtout cause commune avec ses professeurs de l’université hébraïque, Hugo Schmuel Bergman, fondateur avec Martin Buber de “l’Alliance pour la paix”, qui prônait “une fraternité sentimentale entre Juifs et Arabes et le renoncement au rêve d’un Etat hébreu afin que les Arabes nous permettent de vivre ici, à leur botte…” (4), rêve utopique que ses parents considéraient comme totalement coupé du réel et défaitiste.

 

Ben Gourion : “la noirceur du diable”?

 

Une clé d’interprétation de l’engagement politique d’Amos Oz nous est donnée par sa rencontre avec David Ben Gourion, qui l’invite et le reçoit dans son bureau de Premier ministre, alors qu’il n’est encore qu’un jeune écrivain débutant. A quarante ans de distance, Oz dresse un portrait du Vieux lion marqué par l’ambivalence de son regard sur l’entreprise sioniste tout entière. Faisant sien le jugement du professeur de l’université hébraïque Isaiah Berlin, il écrit que “Ben Gourion, malgré Platon et Spinoza, n’était pas un intellectuel. Loin de là”. Plus tard, il écrira avoir “vu chez Ben Gourion la noirceur de la flamme du diable... Il incarnait toute la mystique juive, la kabbale, Shabtaï Zvi et les suicides sanctifiant le nom de Dieu” (5).

 

Le pacifisme politique d’un Amos Oz n’est pas seulement l’expression d’une aspiration à une paix utopique, mais aussi celle de l’attitude des membres d’une génération qui, croyant sacrifier les idoles de leurs parents, ont été emportés trop loin dans leur rejet, renvoyant pêle-mêle Ben Gourion et Jabotinsky, le Second Temple et la rédemption nationale, le kibboutz et les implantations, l’héroïsme des soldats et la juste cause du retour du peuple Juif sur sa terre. Histoire d’amour trahi, de désamour et de ténèbres.


Pierre Lurçat

 

(1) Amos Oz, Une histoire d’amour et de ténèbres, traduction de Sylvie Cohen, Gallimard 2004.

(2) Op. cit. p.439.

(3) Op. cit. p.445.

(4) Op. cit. p. 21.

(5) Cité dans Yoram Hazony, L’Etat juif, sionisme, post-sionisme et destins d’Israël, traduction de Claire Darmon, éditions de l’éclat 2004.

_______________________________________________

 

Mon dernier livre, Israël, le rêve inachevé, vient de paraître aux éditions de Paris/Max Chaleil.

 

“Un travail intéressant. Une réflexion nécessaire et utile”.
Jean-Pierre Allali, Crif.org

 

“L’auteur, amoureux d’Israël et vivant à Jérusalem, nous permet de mieux connaître la société israélienne dans toute sa diversité et de comprendre un peu plus ce qu’elle traverse et vit, afin que son rêve inachevé continue envers et contre tout”.

Alain Sebban

 

“Ce livre est un « must-read » pour tous ceux qui s’intéressent aux géants de l’Histoire juive contemporaine, à leur biographie, leurs sacrifices, leurs œuvres, leurs dilemmes, leurs accomplissements”.

Thérèse Zrehen-Dvir

 

See comments

Une page d'histoire - Israël et la Turquie... en 1914, le regard de Jabotinsky

October 21 2018, 08:14am

Posted by Jabotinsky

Une page d'histoire - Israël et la Turquie... en 1914, le regard de Jabotinsky

Dans l'extrait qu'on lira ci-dessous de son Autobiographie, que j'ai eu le plaisir de traduire en français il y a quelques années (1), Jabotinsky raconte comment il changea d'avis sur l'attitude que le mouvement sioniste devait adopter envers la Turquie à une époque où les autres dirigeants sionistes - et Ben Gourion le premier - étaient encore tous favorables à une attitude de loyauté envers la "Sublime Porte". Jabotinsky fut le premier à comprendre que la libération d'Eretz Israël passait par le démembrement de l'empire ottoman.

Outre son intérêt historique, ce récit est riche de réflexions qui montrent la grande intelligence politique de Jabotinsky - intelligence politique qui faisait cruellement défaut à notre peuple à son époque (et encore aujourd'hui) - comme l'illustre la réflexion qu'il rapporte dans la bouche de Max Nordau : "Le Juif n'apprend pas par des raisonnements rationnels : il apprend par les catastrophes. Il n'achètera pas un parapluie « simplement » parce que des nuages s'amoncellent à l'horizon : il attendra d'être trempé et atteint de pneumonie.." P.L

 

Cette situation fut soudain modifiée en l'espace d'une nuit. Je me trouvai alors à Bordeaux – je m'y étais rendu pour voir ce que ferait le gouvernement en exil, et c'est là-bas que j'appris la nouvelle que la Turquie s'était alliée à l'Allemagne et à l'Autriche, pour combattre à leurs côtés l'Angleterre, la France et la Russie.

 Jabotinsky.jpgJe dois l'avouer : jusqu'à ce matin, à Bordeaux comme partout ailleurs, je m’étais considéré comme un simple observateur, sans la moindre raison particulière de souhaiter le triomphe d'un côté et la défaite de l'autre. Mon unique souhait, à cette époque, était que la paix revienne dès que possible. La décision turque fit de moi, en l'espace d'une courte matinée, un partisan fanatique de la guerre jusqu'à la victoire ; cette guerre était devenue « ma guerre ». En 1909, à Constantinople, j'avais été rédacteur en chef de quatre journaux sionistes en même temps (le genre de choses qui ne se produisent que lorsqu'on est jeune) ; les Jeunes Turcs régnaient sur la Sublime Porte, et c'est alors que j'acquis la ferme conviction que, là où les Turcs régnaient, le soleil ne pouvait pas briller ni l'herbe pousser, et que le seul espoir de reconquérir la Palestine résidait dans le démembrement de l'Empire ottoman. Ce matin-là, à Bordeaux, après avoir lu l'affiche encore humide sur le mur, j'en tirai la seule conclusion possible – et jusqu'à ce jour je ne comprends pas pourquoi tellement de mes amis ont mis autant d'années à parvenir à la même conclusion. Telles que je les voyais désormais, les choses étaient claires comme du cristal : le destin des Juifs de Russie, de Pologne et de Galicie était sans le moindre doute, pour important qu’il soit et envisagé dans une perspective historique, un facteur provisoire par rapport à la révolution dans la vie nationale juive que le démembrement de la Turquie allait entraîner.

 

Je n'ai jamais douté du fait qu'une fois la Turquie entrée en guerre, elle serait vaincue et taillée en pièces : là encore, je suis incapable de comprendre comment on pouvait éprouver le moindre doute à ce sujet. Il ne s'agissait pas de suppositions, mais d'une question de calculs objectifs. Je suis heureux de pouvoir en faire état ici, ayant été accusé d'avoir parié sur le vainqueur de la guerre à cette époque. J'ai longtemps été correspondant en Turquie. Je tiens le métier de journaliste en la plus haute estime : un correspondant consciencieux en sait bien plus sur le pays où il se trouve que n'importe quel ambassadeur – et selon ma propre expérience, souvent plus qu'un professeur autochtone. Mais dans ce cas particulier, non seulement les professeurs, mais aussi les ambassadeurs étaient avertis de cette vérité évidente concernant la Turquie. Aucun journaliste ne pouvait évidemment prédire, à cette époque, que l'Allemagne subirait la défaite et la reddition sans condition. Mais je n'ai jamais douté du fait que la Turquie, plus que tout autre pays, devrait payer le prix de cette guerre. La pierre et le fer peuvent supporter le feu ; une hutte en bois brûlera, et aucun miracle ne pourra la sauver...

 PHOTO : MAX NORDAU

max-nordau.jpgJe demandai à Nordau son avis sur le programme de bataillon hébraïque, et il me fit une réponse sceptique. Pourquoi nous allier à un camp avant même d'avoir obtenu la moindre promesse concernant l'avenir d'Eretz-Israël ? Et où trouverons-nous des soldats ? Dans la partie neutre de l'Europe, les communautés juives sont restreintes, l'Amérique est trop éloignée ; et le point principal est la relation sentimentale et absurde des sionistes envers « notre frère Ismaël ». Il n'existe pourtant aucun savant au monde pour expliquer comment et quand les Ottomans, de race touranienne, étaient devenus membres de la famille d'Ismaël le sémite ; et pourtant cette relation était telle, et Nordau lui-même en avait souffert après son discours au Congrès de Hambourg, en 5670 [1909], dirigé contre les intentions des Jeunes Turcs.

 

– Je me rappelle parfaitement votre discours, - lui dis-je – vous aviez déclaré : « On nous propose d'aller nous assimiler en Turquie ? Das haben wir näher, billiger und besser – nous pouvons trouver cela ici, plus près, moins onéreux et mieux ». Je venais alors de Constantinople et je vous applaudis, ivre de joie.

 

- Mais combien de disputes j'eus ensuite avec les idiots de mon entourage ! – me répondit-il.

 

Doktor, - lui dis-je – on ne peut pas conduire notre barque selon les instructions de ces idiots. Non, le Turc n'est pas « notre frère », et même avec le véritable « Ismaël » lui-même, nous n'avons aucune proximité spirituelle. Nous sommes, grâce à Dieu, des Européens, et nous sommes mêmes les constructeurs de l'Europe depuis deux mille ans. Je me souviens d'un autre point de vos discours : « Nous allons en Eretz-Israël pour élargir les frontières de l'Europe jusqu'à l'Euphrate ». Et l'obstacle est la Turquie. A présent, sa dernière heure est venue : allons-nous rester les bras croisés ?

Ben_Gourion.jpg

BEN GOURION EN HABIT TURC

 

Le vieux chercheur me fit une réponse riche de contenu et profonde : c'est seulement des années plus tard que je compris toute sa profondeur :

 

- Ce sont, mon jeune ami, des paroles logiques : or la logique est la sagesse des Grecs, que notre peuple abhorre. Le Juif n'apprend pas par des raisonnements rationnels : il apprend par les catastrophes. Il n'achètera pas un parapluie « simplement » parce que des nuages s'amoncellent à l'horizon : il attendra d'être trempé et atteint de pneumonie...

 

(1) éditions les Provinciales.

 

See comments

Les années parisiennes de Vladimir Zeev Jabotinsky, Pierre I. Lurçat

September 4 2018, 21:04pm

Posted by Pierre Lurçat


Jabotinsky, Paris, sionisme, traductionOn connaît l'épisode fameux de la dégradation du capitaine Dreyfus, en 1895, et le rôle central qui lui est généralement attribué dans l'élaboration de la doctrine du fondateur du sionisme politique, Theodor Herzl, alors correspondant à Paris de la Neue Freie Presse. Beaucoup moins connu, en revanche, est le séjour parisien du célèbre dirigeant sioniste, Vladimir Jabotinsky. C'est en effet à Paris que celui-ci fonda l'Union sioniste révisionniste (Hatzohar) – ancêtre du Likoud – dans l'arrière-salle du café du Panthéon. Paris fut le siège de l'Union sioniste révisionniste entre 1925 et 1935, et la France occupa aussi une place centrale dans l'activité politique, journalistique et littéraire du dirigeant sioniste.

 Deux remarques préliminaires : la première est que Jabotinsky a passé presque toute sa vie à voyager, non pas pour son plaisir, mais pour son travail de journaliste, puis de dirigeant sioniste. Il était, observe Joseph Nedava, un "citoyen du monde" au plein sens du terme, parvenant à se sentir chez lui dans tous les pays qu'il visitait, notamment grâce à ses prodigieuses capacités linguistiques. Cette description doit être tempérée, en ajoutant que Jabotinsky ne se reconnaissait qu'une "patrie spirituelle" – l'Italie, pays où se forma sa conscience politique – et que ses regards furent toute sa vie tournés vers Sion, même s'il n'y vécut que quelques années. D'autre part, il avait appris le français dans sa jeunesse, grâce à un cousin, comme il le confie dans son autobiographie.

 

Dans quelles circonstances s'installe-t-il à Paris ? Les raisons sont à la fois politiques et familiales, comme on le comprend en lisant ses différents biographes (son Autobiographie, rédigée en hébreu, s'interrompt malheureusement après la Première Guerre mondiale, Jabotinsky n'ayant pas eu le loisir de l'achever, puisqu'il est décédé subitement aux États-Unis en 1940). Après son arrestation par les autorités britanniques, en raison de son rôle dans la défense du yichouv contre les pogromes arabes de 1920, il est emprisonné à la forteresse d'Acco. Mais la vague de protestations, en Eretz-Israël (où les prisonniers juifs reçoivent notamment le soutien du grand rabbin Abraham Itshak Hacohen Kook) et dans le monde, contraint les Anglais à libérer Jabotinsky, qui est expulsé d'Israël. Il décide alors de s'installer en Europe, avec sa femme et son fils Eri.

La famille Jabotinsky se fixe tout d'abord à Londres, puis à Paris où Eri entame des études d'ingénieur à l'École centrale (d'où il sortira en 1933). Entre 1924 et 1934, Paris est donc le port d'attache du dirigeant sioniste, même s'il continue de voyager sans cesse (il revient ainsi en Eretz-Israël entre 1928 et 1930). C'est à Paris que siège l'Union mondiale des sionistes révisionistes, entre 1925 et 1935 (avec quelques intermèdes londoniens). C'est aussi à Paris qu'est publié le journal sioniste-révisionniste Rassviet(L'Aube), auquel Jabotinsky apporte une contribution décisive *.

 

jabotinsky,paris,sionisme,traduction

Jabotinsky et la redaction du "Rassviet"

 

Avant d'être un dirigeant sioniste, on le sait, Jabotinsky fut en effet un journaliste de talent et un écrivain fameux, au point que sa conversion au sionisme fut qualifiée par Maxime Gorki de "perte irrémédiable" pour la littérature russe... Mais "Jabo" ne renonça jamais à écrire, même lorsqu'il devint un militant et qu'il passa sa vie à voyager à travers le monde, de l'Afrique du Sud aux États-Unis et des quatre coins de l'Europe à l'Afrique du Nord (où il fut envoyé comme correspondant de guerre au début de la Première Guerre mondiale). Les pages de son Autobiographie – rédigées le plus souvent dans les cabines de bateaux, pendant ses fréquentes traversées de l'océan et de la Méditerranée – témoignent de son grand talent littéraire.

Paris devient donc au milieu des années 1920 le siège de l'activité politique et journalistique dejabotinsky,paris,sionisme,traduction Jabotinsky. Il y trouve – et c'est sans doute une des raisons du choix de la capitale française – un vaste public juif russophone, constitué notamment de Juifs ayant fui la Révolution et ses contrecoups. Pendant les premières années, la rédaction du journal Rassviet est hébergée dans son propre appartement, 71 rue de la Tombe-Issoire (derrière le Parc Montsouris). A partir de janvier 1928, l'Union révisionniste loue des locaux rue Blanche, qui abriteront la rédaction du journal jusqu'en 1934, date à laquelle elle s'installe définitivement à Londres.

Malgré ses nombreux séjours en France et sa connaissance intime de la vie politique française (il se lia d'amitié avec plusieurs homme politiques français, comme Gustave Hervé et Anatole de Monzie), Jabotinsky n'eut jamais avec ce pays les relations de proximité intellectuelle qu'il ressentit à l'égard de l'Italie, sa "seconde patrie". Il fut aussi déçu par l'attitude des Juifs de France à plusieurs reprises, en particulier à l'occasion du pogrome de Constantine en 1935. Cela ne l'empêcha pas d'y passer de rares vacances, notamment en Provence (où il séjourna, un an avant son décès, avec sa femme et son fils).

 

jabotinsky,paris,sionisme,traductionLa rencontre Jabotinsky-Delcassé : une occasion manquée pour la France

Doué d'une intelligence hors du commun, Jabotinsky possédait aussi une grande pénétration psychologique, comme en atteste l'épisode suivant, rapporté dans son Autobiographie.  "[Gustave] Hervé me présenta au ministre des Affaires étrangères – le grand et célèbre Delcassé... Cette conversation m'a révélé pour la première fois un secret, qui s'est confirmé plusieurs fois par la suite lors de mes rencontres avec les grands de ce monde : chez les peuples bienheureux, qui ont un pays, des frontières et un gouvernement, il n'est pas besoin d'être un génie pour atteindre le sommet de l'échelon politique. Mais cela est autrement plus difficile chez nous, au sein du mouvement sioniste...

Ce Delcassé était resté fidèle à l'ancienne école de la diplomatie : celle des adeptes du secret et du mystère, dont Talleyrand a résumé la doctrine dans une formule immortelle – "la parole a été donnée à l'homme pour déguiser sa pensée". Peut-être cette doctrine avait quelque fondement dans le passé : mais en 1915, cet usage était déjà considéré comme infantile, et chacun sait que les meilleurs diplomates le tournaient en ridicule et se paraient, au contraire, d'un masque de sincérité artificielle. Mais la France, à cette époque, croyait encore à Racine et à Corneille...

Je ne voudrais pas exagérer le rôle que je jouai alors, rôle qui fut sans aucun doute de peu de valeur ; mais je suis absolument certain que ce matin-là, la France perdit, par la faute de ce même Delcassé, une chance qui, à ses propres yeux, n'était pas du tout dénuée de valeur. Je veux parler non seulement de la possibilité de créer une légion hébraïque dans le cadre de son armée, mais d'une chose encore bien plus importante..."

Cet entretien, dont Jabotinsky donne un compte-rendu fidèle avec une pointe d'ironie, a un intérêt historique évident. On y apprend en effet que le mouvement sioniste, dont Jabotinsky était à l'époque un des principaux dirigeants aux côtés de Weizmann, était à la recherche d'un allié européen, rôle qui aurait pu échoir à la France plutôt qu'à l'Angleterre, si Delcassé avait été plus intelligent... Mais on y trouve aussi une illustration du regard perçant avec lequel "Jabo" savait juger les grands de ce monde. Comme Herzl, qui vécut lui aussi à Paris des années décisives pour son entreprise politique, Jabotinsky avait la clairvoyance et la modestie de ceux qui œuvrent entièrement au service d'une idée. Tous deux donnèrent leur vie à l'idéal du Retour à Sion.

 

* Voir l'article de Simon Markish, Quand Vladimir Jabotinsky était parisien. Le Rassviet, revue sioniste-révisionniste en langue russe, Archives juives 2003.

See comments

<< < 1 2 3 4 5