Overblog
Follow this blog Administration + Create my blog
VudeJerusalem.over-blog.com

etat et religion

“L’homme de l’avenir sera religieux” : Jabotinsky, visionnaire du réveil spirituel de l’humanité

May 19 2022, 13:39pm

 

On a toujours tort d’avoir raison avant son époque… Jabotinsky, l’enfant terrible du sionisme russe, a eu raison avant sur ses contemporains sur de multiples sujets : sionisme, enseignement de l’hébreu, importance de l’auto-défense, etc. Sur la plupart de ces sujets, ses opposants ont fini par lui donner raison, parfois à titre posthume.

Mais il est un sujet peu connu  sur lequel il s’est également montré visionnaire : celui des rapports entre l’Etat et la religion et sur la place que la tradition juive devait occuper dans le futur Etat juif à l’édification duquel il a consacré sa vie, et dont il n’a pas vu le jour, étant comme Moïse, resté sur l’autre rive… Extrait du recueil “Etat et religion, Questions autour de la tradition juive” que j’ai récemment publié aux éditions de l’éléphant.

Afficher l’image source

 Ce petit livre permet de mieux connaître celui qui fut le créateur du mouvement sioniste révisionniste... On découvre ainsi l’attachement de ce grand leader à la religion juive. Impressionnant !

Jean-Pierre Allali (Crif.org)

 

“La génération à laquelle j’appartiens – fruit de l’assimilation russe dans le sud du pays, région où il n’existait aucune localité juive ancienne possédant une tradition bien établie – cette génération n’était pas, en réalité, “athée”. L’athéisme consiste en effet à professer une opinion, à soutenir une conception, même négative : “J‘affirme qu’il n’existe pas de Dieu”. Ma génération ne soutenait plus aucune conception en la matière. “Il se peut que Dieu existe, et il se peut que non, en quoi cela me concerne-t-il ?” Indifférence totale, dénuée de toute amertume, de toute colère ; sentiment comme celui qu’on éprouve pour la neige de l’an passé.

            Personne ne pourra dire qu’une telle génération est nécessairement une génération de voleurs et de criminels. Il se peut que ma génération ait donné au peuple Juif un pourcentage d’honnêtes gens qui n’est pas inférieur à celui des générations précédentes. Il existe des personnes, pour lesquelles la musique ou la poésie “n’existent pas”. Elles peuvent être des personnes tout à fait intelligentes, pourtant la question est de savoir, si le développement de telles personnes est achevé ? Est-ce que leur esprit est achevé, mûr et parfait à tous égards – du fait qu’il est incapable de saisir la magie des notes de musique, ou du fait qu’à leurs yeux, le plus beau poème n’est qu’une suite de mots rimés ?

     

“L’homme de l’avenir sera religieux” : Jabotinsky, visionnaire du réveil spirituel de l’humanité

       La musique et la poésie sont deux émotions considérables ; l’homme auquel une des deux fait défaut, ou même les deux, est un homme pauvre et défavorisé. Et pourtant, que sont la musique et la poésie, en comparaison de cette émotion dont la musique et la poésie sont peut-être la conséquence ? Elles expriment la nostalgie de l’âme humaine, qui nous a contraints, depuis l’époque du premier homme, à peupler les cieux et la terre, le fleuve, la mer et la forêt des secrets de la vie. Nostalgie, qui nous a contraints à plier le genou devant une force que nous n’avons jamais vue ; qui a engendré des guerres, qui a formé des bourreaux et des héros, a donné naissance à l’architecture et à la peinture, la sculpture et la philosophie. De tous les éléments spirituels de l’histoire mondiale, la religion a toujours été le plus puissant. Au Moyen-Âge – elle était sans doute l’élément le plus puissant de tous, spirituels ou “matériels”. Et voici qu’au terme de tout cela, apparaît une génération pour laquelle “il n’existe aucun problème”, et aux yeux de laquelle la question de la religion tout entière est en fait un malentendu. Comme la neige de l’an passé… Cela est quelque peu étonnant. C’est comme si l’on venait nier l’existence de l’océan, ou de l’Amérique et de l’Australie, ou de la stratosphère, du système des constellations – on ne les voit pas et on n’a aucune envie de la voir.

            Chez l’homme qui est pleinement évolué, il n’est pas possible qu’une émotion aussi considérable fasse défaut. L’homme de l’avenir, l’homme entier, auquel aucun sens ne manquera, sera “religieux”. Je ne sais pas quel sera le contenu de sa religion ; cependant il sera porteur du lien vivant entre son âme et l’infini, qui l’accompagnera partout où il ira… »

Etat et religion – Éditions L’éléphant (editions-elephant.com)

“L’homme de l’avenir sera religieux” : Jabotinsky, visionnaire du réveil spirituel de l’humanité

See comments

Un événement éditorial : parution du livre de V. Jabotinsky, Questions autour de la tradition juive

September 1 2021, 09:22am

Posted by Pierre Lurçat

NB j'évoquais ce matin les rapports de Jabotinsky à la tradition juive au micro d'Olivier Granilic sur Studio Qualita.

 

Editions L’éléphant 

Paris-Jérusalem

 

COMMUNIQUÉ

Parution d’un recueil de textes inédits en français de Vladimir Jabotinsky, 

Questions autour de la tradition juive

 

La question des rapports entre État et religion ne cesse d’occuper le débat public, en Israël comme en France et ailleurs. Les conceptions de Jabotinsky sur ce sujet brûlant permettent de répondre à certaines des questions qui divisent la société israélienne depuis plusieurs décennies, comme la place de la religion dans la sphère publique et le caractère juif de l’État. Au-delà même de leur importance pour Israël aujourd’hui, ces questions interpellent le lecteur contemporain par leur actualité et par l’originalité du regard de Jabotinsky. 

 

Les textes ici publiés en français pour la première fois exposent les conceptions originales de Jabotinsky concernant la religion et les rapports entre le judaïsme et le futur État juif, à la création duquel il a consacré sa vie. Entre 1905 et 1935, Jabotinsky est passé d’une conception utilitariste de la religion et du judaïsme, considéré comme une “momie” et une structure purement extérieure - ayant permis au peuple Juif de conserver son identité nationale pendant les siècles de l’exil - à une conception beaucoup plus positive d’un judaïsme vivant, fondement spirituel essentiel au futur État juif.

 

 

 

Né à Odessa en 1880 et mort dans l’État de New-York en 1940, Vladimir Zeev Jabotinsky est une des figures les plus marquantes du sionisme russe. Écrivain, journaliste et militant infatigable, créateur du mouvement sioniste révisionniste et du Bétar, il a conquis sa place parmi les fondateurs de l’État d’Israël, entre la génération de Théodor Herzl et celle de David Ben Gourion. Théoricien politique extrêmement lucide, il avait compris la vertu cardinale pour les Juifs de se défendre eux-mêmes, et dès la Première Guerre mondiale, il obtint leur participation militaire sous un drapeau juif à l’effort de guerre des Alliés.

 

Questions autour de la tradition juive, précédé de État et religion dans la pensée du Roch Betar, traduction et présentation de Pierre Lurçat

 

Pour recevoir un service de presse, veuillez écrire à editionslelephant@gmail.com

 

See comments

La Haggada de Jabotinsky : Les quatre fils

March 25 2021, 09:55am

Posted by Jabotinsky

 

Il existe une coutume juive ancestrale, lorsque l’on raconte la Sortie d’Egypte pendant la “nuit du Seder”, de considérer quatre fils, tous différents : le sage, le méchant, le naïf et celui qui ne sait pas interroger. Et il convient de répondre à chacun dans cet ordre, selon son caractère et sa faculté de compréhension.

 

Le fils sage fronce avec curiosité son front saillant, interroge de ses grands yeux et s’efforce de comprendre. Pourquoi les Egyptiens aimaient-ils tout d’abord nos ancêtres, les accueillaient à bras ouverts, puis se sont mis à les opprimer et à les maltraiter?...

 

Le second fils, le méchant, est assis avec nonchalance, croisant les jambes, montrant les dents d’un air moqueur et demande : “Quels sont ces coutumes et ces souvenirs bizarres que vous évoquez? Il aurait mieux valu oublier ces bêtises!”

 



 

Le troisième fils est innocent. Ses yeux expriment la droiture. Il ne fait pas partie de ceux qui aiment interroger, cherchant des contradictions. Le monde est simple à ses yeux ; il aime croire avec une foi primitive. A cet égard, Samson aussi était un homme innocent… “Père ! demande-t-il, Père! Quand notre situation s’améliorera-t-elle?”

 

Parle lui de la jeunesse juive dans les collèges de Berlin et de Vienne, de ces fils de commerçants juifs assimilés, qui portent avec fierté sur la poitrine les couleurs nationales : blanc, comme la neige dans notre “vallée des pleurs” ; bleu, comme vous, horizons enchanteurs ! Jaune, comme notre disgrâce.

 

Raconte lui comment le dramaturge parisien à succès et l’aubergiste pauvre de Galicie, habitué à trembler de peur face au “Pan” polonais, proclament à la face du monde: “Je suis Juif !”. Parle lui de ces poètes extraordinaires qui écrivent désormais dans notre langue, et combien celle-ci est belle et riche, et combien est heureux le peuple qui possède une telle langue…

 

Jabotinsky avec sa femme et leur fils Eri.

 

Le quatrième fils ne sait pas interroger. Il assiste au “seder” avec politesse et fait ce qu’on attend de lui, et il ne lui vient pas à l’idée de demander pourquoi ni comment… Sur ce point, je suis en désaccord avec la Haggada. La curiosité est une chose précieuse, mais il existe parfois une sagesse encore plus grande, un sens suprême, par laquelle l’homme accepte les choses transmises du passé comme allant de soi, sans demander quelles en sont les raisons et les conséquences. Cette sagesse doit être préservée.

 

Cette sagesse est avant tout celle de l’homme des foules juives. Le Juif plein d’amertume, pauvre d’apparence, cordonnier, tailleur, marchand ambulant, drapier, scribe, petit épicier… Celui qui gémit et qui lutte pour sa subsistance, mais le soir du shabbat, ce sont lui et ses semblables qui remplissent les synagogues… Il agonise mais ne meurt pas, va à sa perte mais n’est pas perdu, et s’attache aux mitsvot comme l’ont fait ses ancêtres, presque sans y penser, avec indifférence, avec cette foi inconsciente qui est sans doute plus chère à Dieu que l’extase.

 

Selon la tradition, tu dois raconter à ce fils tout ce qu’il ne sait pas demander. Mais à mon avis, il vaut mieux que le père aussi se taise, se contente d’embrasser le front - sans dire un mot - de ce fils, qui fait partie des plus fidèles parmi les gardiens de notre foi sacrée.

 

Z. Jabotinsky

 

N.d.T. Publié en russe dans les Odeyskaïa Novosti, avril 1911. Les extraits traduits ci-dessus depuis l’hébreu, inédits en français, illustrent la relation riche et complexe que Jabotinsky entretenait à l’égard de la Tradition juive. Celle-ci, tout comme ses conceptions sociales et économiques originales exposées dans son livre La rédemption sociale, sont bien différentes de l'image qu'on présente généralement du père fondateur du sionisme de droite. Le prochain tome de la Bibliothèque sioniste abordera la question des rapports entre État et religion vus par Jabotinsky.

P.Lurçat

 

EN VENTE SUR AMAZON

 

See comments