Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
VudeJerusalem.over-blog.com

Le blog de Pierre Lurçat, essayiste, écrivain et traducteur. L'actualité vue de Jérusalem, avec un accent particulier sur l'histoire d'Israël et du sionisme.

La ”Nouvelle droite” : un espoir pour la politique israélienne? Pierre Lurçat

 

L’hébreu moderne comporte deux mots différents signifiant politique. Le premier, “politika”, est un emprunt au grec. Le second, “médiniout”, est le terme hébraïque dérivé du mot ”médina” qui signifie l’Etat. S’ils semblent à première vue interchangeables, il apparaît néanmoins que le premier est le plus couramment employé pour désigner la politique de tous les jours, ou “politique politicienne”, tandis que le second est réservé au signifiant plus noble, celui que le français désigne par “grande politique” - à savoir, la politique au sens de projet stratégique, et non de simple gestion courante.

 

La différence entre ces deux sens est encore plus flagrante en hébreu lorsqu’on parle de l’homme politique. Le “politikaï” - c’est le politicien, celui qui s’occupe de choses politiques comme d’autres s’occupent de leur portefeuille d’actions ou de leur voiture : toutes choses honorables par ailleurs, mais qui ont peu à voir avec la grande politique. Le “medinaï”, lui, est un homme politique au sens plein et entier du terme. Il ne vit pas de la politique, mais pour la politique, c’est-à-dire pour appliquer un projet et des idées, bonnes ou mauvaises, mais jamais dans le seul but de perdurer et de garder le pouvoir à tout prix.

 

On comprendra aisément que les médias israéliens emploient à tour de bras le mot “politikaï”, tandis que celui de “médinaï” semble avoir disparu du lexique politique depuis de nombreuses années. Cela n’est guère étonnant, depuis que la politique a été largement dépréciée par les politiciens eux-mêmes, surtout depuis les accords d’Oslo (votés à une voix près, celle d’un politicien acheté au prix d’une Mitsubishi). Des politiciens comme Ehoud Olmert, Ehoud Barak, Tsipi Livni ou Yaïr Lapid ont largement contribué au discrédit actuel de la classe politique en Israël.


 

Tsippi Livni et Ehoud Olmert : le discrédit de la politique

 

Et Benjamin Nétanyahou? Comme je l’écrivais il y a quelques semaines, celui-ci demeure à de nombreux égards une énigme (1). Le 14e Premier ministre israélien, qui est en passe de ravir à David Ben Gourion le record de longévité à ce poste, est tantôt décrit comme un modèle de pragmatisme – voire d’opportunisme politique – tantôt comme un idéologue de droite. Malgré ses qualités d’homme d’Etat et ses succès indéniables, notamment dans les domaines de l’économie et de la politique étrangère, Nétanyahou n’a pas entièrement réussi à s’imposer comme l’inspirateur d’une véritable politique, au sens le plus noble du terme.

 

Dans ce contexte, Naftali Bennett et Ayelet Shaked incarnent une nouvelle génération, et surtout un nouveau modèle d’homme (et de femme) politiques. Tout d’abord en raison de leur parcours individuel. Tous deux ont été pendant longtemps des alliés fidèles de Benjamin Nétanyahou (Ayelet Shaked a dirigé son cabinet, alors qu’il était le chef de l’opposition entre 2006 et 2008, et c’est elle qui a recruté Naftali Bennett pour diriger l’état-major de campagne de Nétanyahou). Ils ont tous eux créé le mouvement politique “Les Israéliens” en 2012, aux côtés du rabbin Avihaï Rontski (ancien aumônier militaire de Tsahal, récemment décédé), avant de rejoindre le parti du Bayit Hayehudi (“Foyer juif”) dont Naftali Bennett a pris la tête en 2016.


 

Ayelet Shaked et Naftali Bennett

lors de leur conférence de presse samedi soir


 

L’annonce dramatique faite par Shaked et Bennett samedi soir, de leur départ du Bayit Hayehudi et de la création d’un nouveau parti, Hayamin hahadah (“la Nouvelle droite”) est conforme à leur idéologie et à leur itinéraire politique jusqu’alors. Contrairement à de nombreux politiciens, dont les exemples les plus frappants sont Ariel Sharon (fondateur de l’éphémère parti Kadima) ou Tsippi Livni, actuelle dirigeante de l’opposition après avoir quitté le Likoud pour rejoindre Kadima, puis un très éphémère parti au nom aussi vide que son contenu, Hatenua (“le mouvement”), Shaked et Bennett n’ont jamais pratiqué l’opportunisme politique ni fait défection pour des raisons purement électoralistes ou carriéristes. Tout leur engagement atteste d’une fidélité à des principes fondateurs, qu’ils ont défendu avec constance et acharnement depuis le début de leur engagement politique. (2)

 

Avishai Rontski z.l.

 

Ce n’est pas un hasard s’ils ont choisi, samedi soir, lors de leur annonce dramatique, d’évoquer le nom du rabbin Avishaï Rontski, aux côtés duquel ils avaient fondé le mouvement “les Israéliens” au début de leur parcours politique. Rontski est en effet celui qui a le plus oeuvré pour faire de Tsahal une armée juive au plein sens du terme, grâce au département “Une conscience juive pour une armée victorieuse” qu’il avait créé (3). C’est dans le même esprit d’ouverture et de fidélité à la tradition qu’Ayelet Shaked et Bennett ont eux aussi voulu imprimer leur marque sur la politique israélienne.

 

Le travail accompli par Ayelet Shaked au ministère de la Justice (et, dans une moindre mesure, celui de Bennett en tant que ministre de l’Education) attestent qu’ils sont tous les deux des hommes politiques de conviction, et non des politiciens à idéologie variable (comme les exemples cités plus haut). Le combat mené par Shaked contre l’establishment judiciaire et contre l’activisme judiciaire de la Cour suprême, qui s’est érigée depuis deux décennies en “pouvoir suprême”, au mépris de la loi et de la démocratie (4), est sans doute une des réalisations les plus importantes du dernier gouvernement de Benjamin Nétanyahou. L’avenir dira si la Nouvelle droite parviendra à incarner véritablement l’espoir d’une politique véritablement de droite et authentiquement juive, pour le bien de l’Etat d’Israël.

 

Pierre Lurçat

 

(1) “Qui est véritablement Benjamin Nétanyahou”? http://vudejerusalem.over-blog.com/2018/11/qui-est-veritablement-binyamin-netanyahou-par-pierre-lurcat-bibi-la-vie-et-l-epoque-turbulente-de-benjamin-netanyahou.html

(2) Voir à ce sujet la plateforme du mouvement “Les Israéliens” créé en 2012, qui est pour l’essentiel identique aux idées qu’ils défendent jusqu’à aujourd’hui.

(3) Je renvoie à mes nombreux articles sur ce sujet crucial, et notamment ici : “Comment la gauche israélienne est devenue une minorité tyrannique”.

(4) J’évoque la figure et l’action du rabbin Rontski dans mon livre La trahison des clercs, La Maison d’édition 2016.

 

_________________________________________________________________________

 

Mon dernier livre, Israël, le rêve inachevé, vient de paraître aux éditions de Paris/Max Chaleil.

“Un travail intéressant. Une réflexion nécessaire et utile”.

Jean-Pierre Allali, Crif.org

 

“L’auteur, amoureux d’Israël et vivant à Jérusalem, nous permet de mieux connaître la société israélienne dans toute sa diversité et de comprendre un peu plus ce qu’elle traverse et vit, afin que son rêve inachevé continue envers et contre tout”.

Alain Sebban

 

“Ce livre est un « must-read » pour tous ceux qui s’intéressent aux géants de l’Histoire juive contemporaine, à leur biographie, leurs sacrifices, leurs œuvres, leurs dilemmes, leurs accomplissements”.

Thérèse Zrehen-Dvir

 

Share this post
Repost0
To be informed of the latest articles, subscribe:
Comment on this post
L
Si la nouvelle droite signifie donner d'avantage son c.. aux palestiniens au lieu de les massacrer comme des porcs par fournée de 1000 a chaque tentative réussie ou RATEE de venir nous tuer en Israël, on n'en veut pas ....

En ce qui concerne l'article "Resolutions du Nouvel An des palestiniens (et personnellement je ne mets pas plus de majuscules au mot "palestiniens" que je n'en mat au mot "putain")" car impossible d’insérer un commentaire la-bas : de la même manière que les jouisseurs du Nouvel an sont supposes respecter le "jour du sEigneur", les palestiniens respectent eux "le jour du sAigneur".....

En ce qui concerne l'article "Explosion dans un dépôt d'armes a Gaza; au moins 15 morts et 40 blesses") car impossible d’insérer un commentaire la-bas : nous prions tous en Israël pour que le bilan s'alourdisse et qu'on découvre par la suite plus de 50 morts d'encules palestiniens et 200 blesses futurs infirmes a VIE.....Puisqu'ils préconisent le "jour du sAigneur' il est tout a fait normal de voir d’abord saigner ce tas d'encules !! En Israël nous 75% de la population d’Israël nous prions justement pour que ce genre d'incident ait lieu des milliers de fois aussi bien a Gaza qu'en Judée Samarie exclusivement chez les fumiers de palestiniens y compris dans la baraque de bar Abbas Ma'hmerd allias Abou Zevel et tout son quartier ....
Ca fait plaisir a voir: que tous ses morts se réincarnent immédiatement dans les corps de cochons bien fangeux pour une prochaine vie 100% pur porc AMEN !!!!!
Reply
A
Bonjour,

Vos articles sont très intéressants mais Bibi n'est pas ,pour moi , une énigme mais le plus compétent "medinaï" israélien à ce jour et sans doute qu'il ne sera malheureusement pas égalé dans le futur.
Reply