Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
VudeJerusalem.over-blog.com

Le blog de Pierre Lurçat, essayiste, écrivain et traducteur. L'actualité vue de Jérusalem, avec un accent particulier sur l'histoire d'Israël et du sionisme.

« Laissez Tsahal vaincre ! » : comment sortir de la stratégie défensive, par Pierre Lurçat

Incendies à la frontière de Gaza

Incendies à la frontière de Gaza

"Kippat Barzel" : prouesse technologique ou faiblesse stratégique?

 

 

 

 

Le 9 mai 2011, Oudi Shani, Directeur Général du ministère de la Défense israélien, annonçait que l'État hébreu allait investir un milliard de dollars au cours des années à venir dans le projet « Kippat Barzel » (« Dôme de fer »), le nouveau système antimissile israélien. « Une fois entièrement déployées, ces batteries antimissiles vont permettre à la population de ne plus ressentir les dégâts causés par les roquettes Qassam » a-t-il confié. Au milieu du concert de louanges entourant la mise en service du système antimissiles « Dôme de fer », quelques voix discordantes peinaient à se faire entendre. A de nombreux égards, les prouesses technologiques déployées par l’armée israélienne pour empêcher les missiles tirés de Gaza de faire des victimes dans les localités périphériques sont révélatrices de l’évolution de la stratégie militaire israélienne au cours des dernières années et depuis les débuts de l’État.

Résultat de recherche d'images pour "kippat barzel"

Batterie Kippat Barzel en action

 

Tsahal : « Armée de Défense d’Israël » – l’institution la plus vitale de l’État juif porte bien son nom. Contrairement à ce qu’affirme la propagande de ses ennemis, en effet, l’armée israélienne a toujours assumé un rôle essentiellement défensif, en repoussant victorieusement les attaques de ses voisins et sans jamais chercher à conquérir de territoires ou à déclencher de conflits, à moins d’y avoir été entraînée par ses ennemis. Mais cette vérité fondamentale ne doit pas cacher une réalité plus complexe et des divergences de vue qui ont toujours existé au sein de l’appareil militaire et politique israélien.

 

Avant même la création de l’État, la Haganah , embryon de Tsahal, a ainsi connu un grave conflit entre les tenants de la logique purement défensive et de la « Havlaga » (retenue) et les partisans d’une conception plus offensive. Ce conflit a été une des raisons de la scission qui a donné lieu à la création de l’Irgoun dirigé par Menahem Begin. Officiellement, c’est l’esprit de la Haganah qui a triomphé et a été repris à son compte par la jeune armée d’Israël en 1948. Mais la doctrine de la « Havlaga » a continué de susciter des oppositions. Ainsi, quand les incursions de feddayin palestiniens se sont multipliées, dans les années 1950, une unité spéciale a été créée pour répondre à ces attaques, en lançant des opérations audacieuses au-delà de la frontière, en Jordanie, la fameuse unité 101 dans laquelle se sont illustrés des grands soldats comme Meir Har-Tsion ou Rafaël Eitan.

Résultat de recherche d'images pour ""meir har tsion""

Meir Har-Tsion (à gauche) aux côtés d'Ariel Sharon

 

En 1967, c’est la stratégie de l’attaque préventive qui a permis à Israël de remporter la victoire en reprenant le contrôle du cœur historique du pays, la Judée et la Samarie, et en réunifiant sa capitale, Jérusalem, divisée depuis 1947. Au-delà de ces exemples ponctuels, la stratégie militaire d’Israël reposait depuis 1948 sur un double principe immuable, imposé par l’étroitesse du territoire et par les contraintes géostratégiques : celui de l’attaque préventive et de la guerre portée sur le territoire ennemi. Ce principe s’est illustré non seulement en 1967, quand l’armée de l’air a détruit au sol l’aviation égyptienne, mais aussi lors de l’attaque contre la centrale d’Osirak (1981) ou de l’invasion israélienne du Sud-Liban un an plus tard.

 

C’est à partir de cette dernière opération, qui s’est transformée en véritable guerre traumatique pour Israël – sous la houlette du général Ariel Sharon et contre l’avis du Premier ministre d’alors, Menahem Begin – que la stratégie israélienne a évolué progressivement. Jusqu’aux années 1980, en effet, Israël avait cherché à se doter de frontières défendables, en mettant à profit les atouts géographiques (vallée du Jourdain, péninsule du Sinaï, plateau du Golan) et en partant de l’axiome que des frontières sûres étaient le meilleur moyen de parvenir à la paix. A partir des années 1990, Israël a adopté une logique différente, celle du processus d’Oslo et de la « Paix contre les territoires ». Les retraits successifs du Sinaï, du Sud Liban, de Judée-Samarie et de Gaza ont certes permis à Israël de signer des traités de paix avec l’Égypte, la Jordanie et l’Autorité palestinienne, mais ils ont aussi réduit la profondeur stratégique du territoire israélien et ramené petit à petit Israël à la situation qui prévalait entre 1948 et 1967, dans laquelle la ligne de front est située à l’intérieur des frontières.

 

« A l’heure des missiles, les territoires n’ont pas d’importance… »

 

Cette affirmation de Shimon Pérès, faite en pleine euphorie de l’époque d’Oslo, a montré depuis son caractère illusoire et trompeur. Non seulement les territoires n’ont pas perdu de leur importance à l’heure des missiles, mais ils sont même devenus plus essentiels que jamais, comme le savent bien les habitants de Sderot, de Béer-Cheva et d’Ashdod, placés sous le feu des missiles du Hamas par le retrait de la bande de Gaza orchestré par Ariel Sharon. Israël vit encore les conséquences de ce retrait désastreux, point d’orgue de la politique de « la paix contre les Territoires » inaugurée avec Camp David (par Menahem Begin) et poursuivie ensuite par presque tous les dirigeants israéliens, d’Itshak Rabin à Benjamin Nétanyahou en passant par Ehoud Barak. C’est dans ce contexte politique que s’inscrit le bouclier antimissile, censé apporter une réponse militaire à la menace des Qassam et compenser ainsi la perte de profondeur stratégique liée au retrait de Gaza et à celui, heureusement inachevé, de Judée-Samarie.


Résultat de recherche d'images pour "oslo accords"

"La Paix contre les territoires" : un slogan trompeur

 

Le voyage de Nétanyahou à Washington en mai 2011 et le discours du président Obama sur les frontières de 1967 ont placé au cœur de l’actualité la question des territoires et des « frontières défendables » pour Israël, contraignant le Premier ministre israélien à réagir vigoureusement et à s’opposer à un retour aux lignes d’avant 1967. L’État juif a aujourd’hui le choix entre la poursuite de la stratégie de « la paix contre les territoires » – slogan mensonger qui signifie en réalité « la guerre sans les territoires » – et le retour aux axiomes de la profondeur stratégique et de la nécessité de préserver des frontières défendables. Le « bouclier antimissiles » offre dans le meilleur des cas un semblant de protection aux habitants placés en première ligne, mais rien de plus.

 

L’alternative qui s’offre aux dirigeants de Tsahal et à ceux de l’échelon politique – sur lesquels repose en alternative les décisions essentielles, car les chefs militaires n’ont presque jamais pu imposer leurs vues contre l’avis du gouvernement – est celle de continuer à protéger les habitants d’Israël des missiles du Hamas avec des parapluies perfectionnés, ou bien de mettre définitivement hors de nuire ceux qui les envoient de Gaza, de Syrie et d’ailleurs. « Laissez Tsahal vaincre » : ce slogan entendu pendant l’opération Plomb durci à Gaza n’a rien perdu de son actualité.

 

(Extrait de mon livre La trahison des clercs d'Israël, 2016). Mon nouveau livre, Israël, le rêve inachevé, paraît ces jours-ci aux éditions de Paris/Max Chaleil.

Résultat de recherche d'images pour ""Israël, le rêve inachevé: Quel état pour le peuple juif ? Israël, le rêve inachevé: Quel état pour le peuple juif ?"

Share this post
Repost0
To be informed of the latest articles, subscribe:
Comment on this post
K
Jericho 3
Reply
E
je m'abonne svp.
Reply