Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
VudeJerusalem.over-blog.com

Le blog de Pierre Lurçat, essayiste, écrivain et traducteur. L'actualité vue de Jérusalem, avec un accent particulier sur l'histoire d'Israël et du sionisme.

La Knesset aborde le dossier brûlant des actes de harcèlement sexuel commis dans les villes à population mixte juive et arabe

La Knesset aborde le dossier brûlant des actes de harcèlement sexuel commis dans les villes à population mixte juive et arabe

 

C’est un débat particulièrement important et tendu qui s’est déroulé cet après-midi (20.11.2017) à la Knesset (parlement israélien). La “Commission pour l’égalité sociale et la justice distributive”, dirigée par le député Miki Zohar (Likoud), avait convoqué une séance consacrée au “harcèlement sexuel dans les zones de la périphérie”. Derrière cet intitulé relativement anodin, le sujet qui a été abordé était en réalité celui des actes de harcèlement et agressions sexuelles commis par des hommes arabes à l’encontre de femmes et jeunes filles juives.

 

La députée Youlia Melinovski (Israel Beitenou) a ouvert le débat en rappelant que les agressions sexuelles avaient un rapport avec la culture de l’islam. Elle a dénoncé l’attitude de ceux qui refusent d’aborder ce phénomène, au nom du politiquement correct et de la crainte de désigner par leur nom les agresseurs. Le député Miki Zohar a lui aussi dénoncé l’existence, au sein de la société arabe en Israël, de la notion selon laquelle “il est permis de harceler sexuellement une femme juive, et interdit de faire la même chose à l’encontre d’une femme arabe”.

 

Devant les protestations d’une partie des membres de l’auditoire (dont certains représentaient des ONG financées par le New Israel Fund), il a répété cette affirmation et l’a explicitée : “Si un homme arabe harcèle une femme arabe, il risque d’être tué au nom de l’honneur familial par le frère de la victime… Mais s’il agresse une femme juive, on ne lui fera rien!” Face aux remarques incrédules du représentant d’une association juive réformiste, Miki Zohar a rétorqué “qu’aucun citoyen israélien, quelles que soient ses opinions politiques, habitant dans une ville de la périphérie où cohabitent des populations juive et arabe, ne contestera ce phénomène qui est vécu quotidiennement”. Il a insisté sur le fait que le débat se tenait dans l’intérêt de toutes les populations en Israël, juive et arabe.

 

Sarah Nisani : “les agressions sexuelles sont une forme d’attentats”

 


 

Miki Zohar a ensuite donné la parole à Sarah Nisani, qui a témoigné en tant que victime de harcèlement sexuel. “Pendant les périodes les plus noires de l’histoire juive, les ennemis du peuple Juif ont utilisé les viols et agressions sexuelles comme une arme contre nous. Depuis l’époque d’Antiochus et jusqu’à la période des pogroms et à l’Allemagne nazie…” Sarah Nisani parle avec passion mais elle garde son calme. Ce n’est pas la première fois qu’elle témoigne devant une commission de la Knesset sur le sujet brûlant des agressions sexuelles. Sujet douloureux pour elle, qui a subi plusieurs agressions et qui connaît de nombreuses jeunes femmes et jeunes filles victimes de harcèlement, et aussi de viols.

 

Répondant à la question de savoir “que fait la police?” face à ces agressions quotidiennes, Miki Zohar a expliqué que la police était totalement débordée par ce phénomène qui a atteint les proportions d’une “calamité nationale”. Le député Yehuda Glick (Likoud) a rapporté recevoir de nombreuses plaintes d’étudiantes juives de l’université hébraïque de Jérusalem qui n’osent pas sortir le soir de leurs dortoirs par crainte d’agressions. Il a insisté sur le fait que l’objet du débat était d’aider la société arabe à aborder et à endiguer ce phénomène.

 

Un intervenant a affirmé qu’il fallait aussi aborder le phénomène des agressions commises au sein de la société juive religieuse ou dans la société israélienne générale, ce qui lui a valu la réponse cinglante du président de la commission. “Si vous lisez les journaux, vous savez bien que le phénomène des agressions sexuelles est abordé jour après jour. Il est temps aujourd’hui de parler aussi des agressions commises par des hommes arabes contre des femmes juives”. Miki Zohar a également révélé que la police israélienne avait refusé de transmettre des données chiffrées sur le nombre d’agressions sexuelles commises par les “membres des minorités” (euphémisme désignant les Arabes israéliens) à l’encontre de femmes juives.

 

Le député druze Akram Hassoun (Koulanou) a livré un témoignage poignant sur les plaintes de femmes arabes victimes d’agressions, qui étaient souvent classées sans suite du fait de la difficulté d’établir les faits et de la “conspiration du silence” encore plus prégnante dans la société arabe. Le président de la commission a conclu le débat en soulignant qu’il s’agissait d’un sujet crucial, tant pour la société arabe en Israël que pour la société israélienne dans son ensemble.

 

P. Lurçat

Share this post
Repost0
To be informed of the latest articles, subscribe:
Comment on this post
H
J'ai entendu Sarah Nisani à la télévision sur la chaîne de la Knesset. Elle a forcé le respect de tous ceux qui étaient là, y compris des représentants des organisations de gauche qui essayaient de noyer le débat. Elle a bien insisté sur le motif "nationaliste", repris d'ailleurs par Miki Zohar et Youlia Malinovsky:
Ce sujet est traité enfin officiellement. Ce n'est pas trop tôt. Quand ils le peuvent, la plupart des parents d'adolescentes à Jerusalem choisissent les bus en fonction des quartiers traversés.
Espérons que les choses vont changer. A Nazareth Illit où il était impossible pour des jeunes filles de sortir sans être accompagnées (et surtout pas en jupe), le maire a pris les choses en mains. Des patrouilles sillonnent nuit et jour les rues et les parcs et mettent des amendes très dissuasives aux jeunes arabes impliqués. Du coup, les rues sont beaucoup plus tranquilles. Il faut agir ainsi dans toutes les villes dites "mélangées"
Reply